Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Christian de Dadelsen

Chroniqueur cinéma au journal de TF1 pendant dix ans, Christian vous reste fidèle en continuant à vous livrer ses critiques de films. Depuis peu, ce blog s'est élargi à toutes les formes de culture.   

"Quel film faut-il  absolument voir cette semaine? Y en a t il un autre qui m'aurait échappé ?", voilà les questions que vous posez le plus souvent. Malheureusement, il y en a tellement qu'il nous faut faire des choix. Mes coups de coeur, les coulisses des Festivals,  mes tournages perso, vous les trouverez ici. Mes critiques sont indépendantes. Elles n'engagent plus la rédaction de TF1.

Le théâtre vivant, l'opéra, la musique, la mode, les arts en général étant de plus en plus liés au cinéma, je vous livre également mes coups de coeur dans ces domaines. En espérant que vous prendrez toujours autant plaisir à parcourir ces pages.                                                     

 
- Le site de la rédaction de TF1
- Le blog de Claire Chazal

Recherche

Coups de coeur

 

LOLA-MIX-vignette-copie-1.jpg

C’était le 22 janvier au restaurant

La Gioia,rue de Rivoli à Paris.

Lola Dewaere était

aux platines pour un mix d’enfer.

L’an dernier déjà, elle s’était

illustrée aux côtés d’Olivier

 Marchal et de Geoffrey Thiebaut.. 

The-a-tral-2-copie-1.jpg

Over-Blog


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 15:38

Carlos19464948.jpg-r_120_x-f_jpg-q_x-20100617_064240.jpgCARLOS de Olivier Assayas avec Edgar Ramirez, Alexander Scheer, Nora Von Waldstäten. (2h45). Véritable mythe, Carlos est au cœur de l’histoire du terrorisme international des années 1970 et 1980, de l’activisme pro palestinien à l’Armée rouge japonaise. A la fois figure de l’extrême gauche et mercenaire opportuniste à la solde des services secrets de puissances du Moyen-Orient, il a constitué sa propre organisation, basée de l’autre côté du rideau de fer, active durant les dernières années de la guerre froide. Le film est l’histoire d’un révolutionnaire internationaliste, manipulateur et manipulé, porté par les flux de l’histoire de son époque et de ses dérives. Nous le suivrons jusqu’au bout de son chemin, relégué au Soudan où la dictature islamiste, après l’avoir un temps couvert, l’a livré à la police française. Personnage contradictoire, aussi violent que l‘époque dont il est une incarnation, Carlos est aussi une énigme. Olivier Assayas connaît ses classiques et s’inspire avec bonheur de la construction des films américains des années 70 : à la fois documentaire et artistique. Le fait qu’aucun acteur star ne soit au générique renforce encore la crédibilité de ce fragment de biographie.  Il y a d’abord l’homme : Carlos, interprété merveilleusement par Edgar Ramirez.  Mégalo au point de se prendre pour le Che Guevara, escroc par cupidité mais aussi bon vivant charmeur, obsédé par sa sexualité. Il y a ensuite les événements directement inspirés de son idéologie terroriste : les prises d’otages et les attentats. Il y a enfin le contexte politique mondial, la géopolitique des années 70 à 80 que l’on revisite en allant d’un pays à l’autre. Tout cela cependant avec assez de mystère pour préserver les zones d’ombre et se distinguer de la série télévisée originale très documentée qu’il avait réalisé pour Canal Plus et qui durait 5h30.

LA CONFERENCE DE PRESSE A CANNES:

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article

commentaires