Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Christian de Dadelsen

Chroniqueur cinéma au journal de TF1 pendant dix ans, Christian vous reste fidèle en continuant à vous livrer ses critiques de films. Depuis peu, ce blog s'est élargi à toutes les formes de culture.   

"Quel film faut-il  absolument voir cette semaine? Y en a t il un autre qui m'aurait échappé ?", voilà les questions que vous posez le plus souvent. Malheureusement, il y en a tellement qu'il nous faut faire des choix. Mes coups de coeur, les coulisses des Festivals,  mes tournages perso, vous les trouverez ici. Mes critiques sont indépendantes. Elles n'engagent plus la rédaction de TF1.

Le théâtre vivant, l'opéra, la musique, la mode, les arts en général étant de plus en plus liés au cinéma, je vous livre également mes coups de coeur dans ces domaines. En espérant que vous prendrez toujours autant plaisir à parcourir ces pages.                                                     

 
- Le site de la rédaction de TF1
- Le blog de Claire Chazal

Recherche

Coups de coeur

 

LOLA-MIX-vignette-copie-1.jpg

C’était le 22 janvier au restaurant

La Gioia,rue de Rivoli à Paris.

Lola Dewaere était

aux platines pour un mix d’enfer.

L’an dernier déjà, elle s’était

illustrée aux côtés d’Olivier

 Marchal et de Geoffrey Thiebaut.. 

The-a-tral-2-copie-1.jpg

Over-Blog


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 12:27

Rabia19427168.jpg-r_120_x-f_jpg-q_x-20100420_041159.jpgRABIA de Sebastian Cordero avec Gustavo Sanchez Parra, Martina Garcia, Iclar Bollain. Thriller (1h35). Espagne.  Madrid. Rosa et José-Maria, immigrés sud-américains viennent de se rencontrer lorsque ce dernier provoque la mort de son chef de chantier. Il doit alors se cacher et trouve refuge à l'insu de tous dans la grande maison bourgeoise où Rosa est employée comme domestique. Rosa malgré elle va devenir le centre de tous les fantasmes. Il y a du Bunuel, dans cette caricature de la haute bourgeoisie décadente même si ses personnages sont nuancés. En fait, le vrai thème du film est la séparation physique d'un couple dont la femme est particulièrement désirable et désirée par les hommes. L'homme lui s'installe en voyeur qui surveille la capacité de résistance à la fidélité de cette femme en lui donnant des instructions par téléphone. Mais cette surveillance a des limites: l'obligation de ne pas se dévoiler alors qu'il en meurt d'envie. Ajoutez à cela le poids de la famille: Le père ignore la domestique, la mère veut adopter son enfant et le fils aîné, alcoolique, déverse sur elle ses pulsions de domination. Après Ratas, ratones, rateros et Croniquas, le réalisateur équatorien continue sur le thème de la culpabilité des meurtriers involontaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article

commentaires