Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Christian de Dadelsen

Chroniqueur cinéma au journal de TF1 pendant dix ans, Christian vous reste fidèle en continuant à vous livrer ses critiques de films. Depuis peu, ce blog s'est élargi à toutes les formes de culture.   

"Quel film faut-il  absolument voir cette semaine? Y en a t il un autre qui m'aurait échappé ?", voilà les questions que vous posez le plus souvent. Malheureusement, il y en a tellement qu'il nous faut faire des choix. Mes coups de coeur, les coulisses des Festivals,  mes tournages perso, vous les trouverez ici. Mes critiques sont indépendantes. Elles n'engagent plus la rédaction de TF1.

Le théâtre vivant, l'opéra, la musique, la mode, les arts en général étant de plus en plus liés au cinéma, je vous livre également mes coups de coeur dans ces domaines. En espérant que vous prendrez toujours autant plaisir à parcourir ces pages.                                                     

 
- Le site de la rédaction de TF1
- Le blog de Claire Chazal

Recherche

Coups de coeur

 

LOLA-MIX-vignette-copie-1.jpg

C’était le 22 janvier au restaurant

La Gioia,rue de Rivoli à Paris.

Lola Dewaere était

aux platines pour un mix d’enfer.

L’an dernier déjà, elle s’était

illustrée aux côtés d’Olivier

 Marchal et de Geoffrey Thiebaut.. 

The-a-tral-2-copie-1.jpg

Over-Blog


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 08:00

adele-blanc-sec-l-affiche-definitive1LES AVENTURES EXTRAORDINAIRES D'ADELE BLANC-SEC de Luc Besson, avec Louise Bourgoin, Gilles Lellouche, Jean-Paul Rouve, Mathieu Amalric, Jacky Nercessian, Nicolas Giraud, Philippe Nahon, Gérard Chaillou, Laure de Clermont-Tonnerre, Frédéric Bel, Grégory Ragot, Swann Arlaud, Christophe Dimitri Réveille, Jean-Michel Molé, Eric Naggar.  Paris,1912. Adèle Blanc-Sec, journaliste, rêve d'aventures extraordinaires. Elle se trouve confrontée à des momies peu conciliantes en Egypte, à un ptérodactyle de cent trente millions d'années, sorti de son oeuf sur une étagère du Jardin des Plantes... Adèle Blanc-Sec doit tout faire pour rétablir l'ordre dans la capitale.Tout ce que touche Luc Besson se transforme en or. Ce bijoux est encore fois la preuve de son inspiration. Et si Adèle Blanc-Sec, célèbre personnage de bande dessinée créé par Jacques Tardi, était une suffragette, au nez retroussé en pied de marmite, celle incarnée par Louise Bourgoin reste aventurière mais gagne en féminité mutine. Le mélange des genres (action, aventure, comédie) est mené de main de maître. Les intrigues, plus farfelues les unes que les autres, se succèdent à un rythme qui rend ce petit chef d’œuvre divertissant et juste assez décalé pour le teinter de beaucoup d'humour. Il faut dire que Luc Besson s’y connaît en construction de scénario. Il est même un des rares en France à en appliquer les règles avec autant de rigueur. Le casting est bien vu. Louise Bourgoin colle au personnage avec son caractère pétillant et sa timidité touchante. Luc Besson dit d’elle que c’est « une belle personne » et il le fait transparaître dans ce personnage, ce qui rend l’identification plus facile pour le spectateur. Jean-Paul Rouve, Mathieu Amalric sont drôles comme tout avec leurs grimages très BD. Gilles Lellouche l'est particulièrement lorsqu’il joue le policier idiot mais intègre. Et il y a une palette de seconds rôles qui n'ont rien à envier aux précedents. Alors, est-ce un retour à la mise en scène pour Luc Besson, comme le proclame toute la critique ? Lui, vous dira qu’ Adèle Blanc-Sec  lui en a redonné le goût. En fait, je vais vous confier un secret: lorsqu’il m’avait invité sur le plateau d’Arthur et la vengeance de Maltazard pour filmer les cascades sur fond bleu, il dirigeait ! Un grand réalisateur le reste même quand il délègue. Disons qu'avec cette comédie, Luc Besson franchit un grand pas de plus dans la libération de son inspiration et dans l'épure de son style. Cette Adèle Blanc-Sec, avec ses aventures très extraordinaires, est à voir absolument !

L'AVANT PREMIERE A CAEN (Document Europacorp)

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 13:20

Lifeduringwartime19385325.jpg-r_120_x-f_jpg-q_x-20-copie-1.jpg

LIFE DURING WARTIME de Todd Solondz avec Shirley Handerson, Claran Hinds. Comédie dramatique (1H38).Dix ans ont passé après les épreuves qu'a traversées la famille Jordan. Joy, qui découvre que son mari Allen n'est pas encore guéri de ses problèmes d'addiction, aimerait trouver du réconfort auprès de sa mère et de ses sœurs, Trish et Helen... mais celles-ci ont leurs propres problèmes. Trish, dont le mari a été arrêté pour pédophilie, tente de retrouver l'amour dans les bras de Harvey, un homme mûr et divorcé. Helen, elle, n'est pas épanouie malgré son succès à Hollywood. Ces différentes histoires, qui remettent en scène certains héros du film Happiness, posent la question du pardon. Ce film est présenté comme la suite de Happiness que Todd Solondz a réalisé il y a plus de dix ans. On retrouve les mêmes personnages: les trois sœurs, les enfants, le père pédophile, même s'ils sont joués par de nouveaux comédiens. Le concept reste le même: chaque personnage est joué par des acteurs différents, selon ses états d'âme. Pour finalemement s'apercevoir que la vie est une illusion mortifère. Solondz nous amène à réfléchir sur les limites du pardon, l'incapacité à être heureux, la sexualité, la guerre et la religion et surtout, l'héréditié. Bref, il passe à la moulinette les valeurs américaines les plus conformistes pour en analyser la névrose et la psychose paranoïaque de l'ère après Bush. Avec un pessimisme cynique, il affirme qu'on ne change pas les gens, même après un choc, comme le prétend le bon sens populaire. Car personne ne retient les leçons du passé. Pour Solondz, on le sait depuis Palandromes, les parents font la morale en étant incapables eux-mêmes de se controler tout en ayant la bonne conscience des pervers narcissiques et les enfants vivent dans la terreur de leur ressembler dans leurs côtés les plus sombres.

Shirley Handerson après la projection à Hollywood:

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 12:43

Greenberg19413058.jpg-r_120_x-f_jpg-q_x-20100407_024358.jpg

GREENBERG de Noah Baumbach avec Ben Stiller, Greta Gerwig. Comédie dramatique. (1H45). Un new-yorkais se rend à Los Angeles pour voir son frère et débute une relation avec l'assistante de ce dernier. J'adore cette comédie désanchantée dont les dialogues sont délicieux. Ces deux paumés, Ben Stiller qui déteste l'espèce humaine et Greta Gerwig maladroite mais adorable nous font vivre leurs doutes et leurs pensées aigres douces avec délice. Deux personnages attachants en diable et dans lesquels, on est bien obligés de se reconnaître parfois.

 Ben Stiller sur le tapis rouge lors de la première à Hollywoo

 

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 17:31

mamuth19296611.jpg-r_120_x-f_jpg-q_x-20100315_012925.jpg

MAMMUTH de Gustave Kervem (1h32) avec Gérard Depardieu, Yolande Moreau. Serge Pilardosse vient d'avoir 60 ans. Il travaille depuis l'âge de 16 ans, jamais au chômage, jamais malade. Mais l'heure de la retraite a sonné, et c'est la désillusion : il lui manque des points, certains employeurs ayant oublié de le déclarer...L'humour "Groland"pour ce road-movie qui met en scène un retraité à l'allure de clochard en errance, éternel adolescent fonce en avant, cherchant encore le bonheur et le plaisir de vivre dans un monde où il ne rencontre que des paumés solitaires et déjà morts.

 

L'AVANT-PREMIERE A LILLE (GRAND LILLE TV)

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 09:00

colcola14ÈME ÉDITION DE  CITY OF LIGHTS, CITY OF ANGELS (COL•COA)

UNE SEMAINE DE FILMS FRANÇAIS À HOLLYWOOD

PREMIERE NORD-AMERICAINE DE L’ARNACOEUR  DE PASCAL CHAUMEIL EN OUVERTURE DE COLCOA 

L’Arnacoeur (Heartbreaker)  sera présenté le lundi 19 avril à Hollywood, en ouverture et pour la première fois en Amérique du Nord. Le film succèdera à La Môme, Bienvenue chez les Ch’tis et  Je l’aimais. Les professionnels d’Hollywood auront ainsi l’opportunité de découvrir en exclusivité la comédie romantique de Pascal Chaumeil qui connait un immense succès en France et dont les références au cinéma hollywoodien sont souvent mentionnées par le public et la critique.  arnacoeur-affiche.jpg

LES EXCLUSIVITES A L’HONNEUR DE COLCOA 2010 

52 films participent à cette quatorzième édition dont 20 courts métrages et 32 longs métrages. Neuf longs métrages seront présentés en Premiere nord américaine ou Première US et quatre en Première internationale. Les autres seront tous des Premieres Côte Ouest. 

- 28 nouveaux longs métrages (dont la moitié de premiers films) concourent pour le COLCOA Critics Award et le COLCOA Audience Award. Ils sont présentés en association avec 17 exportateurs français et six distributeurs américains (MGM, The Weinstein Company, Kino Lorber, IFC Films, Flicker Alley, Neoclassics Films)  

- A L’ORIGINE de Xavier Giannoli /Europacorp/Première Côte Ouest (film de clôture)

- L’AFFAIRE FAREWELL de Christian Carion / Pathé / Première Côte Ouest (En association avec NeoClassics Films)

- L’ARNACOEUR de Christian Chaumeil / Kinology / Première Nord américaine (film d’ouverture) (*)

- LES BEAUX GOSSES de Riad Sattouf /Other Angle Pictures/Première Côte Ouest (After 10) (*)

- LE CONCERT de Radu Mihaileanu/Wild Bunch/Première US (en association avec The Weinstein Company)

- DANS TON SOMMEIL de  Caroline et Éric du Potet  / TF1 International /Première mondiale (Film Noir Series - After 10 ) (*)

- DEUX DE LA VAGUE d’Emmanuel Laurent  / Wide Management / Première US (en association avec Kino Lorber Films) (COLCOA.doc) (*)

- L’ENFER D’HENRI-GEORGES CLUZOT de  Serge Bromberg et Ruxandra Medrea / MK2 /  Première Côte Ouest (en association avec Flicker Alley)  (COLCOA.doc) (*)

- FAIS-MOI PLAISIR !  d’Emmanuel Mouret / Pyramides International / Première Côte Ouest

- GAINSBOURG: VIE HEROIQUE, de Joann Sfar /Kinology /Première Côte Ouest (*)

- GARDIENS DE L’ORDRE de Nicolas Boukhrief / Gaumont / Première Nord américaine (Film Noir Series) 

- LE HERISSON de Mona Hachache / Pathe/ Première Côte Ouest (*)

- LA HORDE de Yannick Dahan et  Benjamin Rocher  / Films Distribution / Première Nord américaine (en association avec IFC Films) (*)

- IRENE d’Alain Cavalier/Pyramides Distribution/Première Côte Ouest / (COLCOA.doc)

- LES INVITES DE MON PERE d’Anne Le Ny/TF1 International / Première mondiale

- JE SUIS HEUREUX QUE MA MERE SOIT VIVANTE de Claude Miller / Orly Films-Coach 14/ Première Côte Ouest (Focus On Claude Miller)

- LASCARS d’Albert Pereira Lazaro et Emmanuel Klotz  / Bac Films / Première US (After 10 Series) (*)

- MADEMOISELLE CHAMBON de Stephane Brize / Rezo Films / Première Côte Ouest (en association avec Kino Lorber Films)

- MERES ET FILLES de Julie Lopes-Curval  / Bac Films / Première Côte Ouest

- NON MA FILLE TU N’IRAS PAS DANSER de Christophe Honore / Le Pacte / Première Côte Ouest (en association avec IFC Films)

- LE PERE DE MES ENFANTS de Mia Hansen-Love / Les Films du Losange / Première Côte Ouest (en association avec IFC Films)

- QU’UN SEUL TIENNE ET LES AUTRES SUIVRONT de Lea Fehner / Rezo Films / Première Nord américaine (*)

- RAPT de Lucas Belvaux / Films Distribution / Première Côte Ouest

- SANS LAISSER DE TRACES de Gregoire Vigneron / Wild Bunch/ Première mondiale (Film Noir Series)  (*)

- TETE DE TURC de Pascal Elbe / Other angle Pictures / Première Nord américaine(*)

- VERTIGE de Abel Ferry / Gaumont / Première Nord américaine (After 10 Series) (*)

- LE VILAIN d’Albert Dupontel / Studio Canal / Première Côté Ouest

(+ Un film surprise présenté mardi 20 avril dans le cadre d’une projection spéciale « A BLIND DATE WITH A NEW FRENCH FILM » – North American Premiere)  

(*) Films en compétition pour le COLCOA First Film Award 2010

François Truffart, Directeur du Festival du Film Français à Los Angeles COLCOA:

LES PROJECTIONS ONT LIEU A: The Directors Guild Theater Complex 7920 Sunset Blvd., Los Angeles,half a block west of Fairfax Ave. and two blocks east of Crescent Heights. Free parking is available at the Directors Guild of America during the whole week. Enter on Hayworth Ave. The following Metro bus lines stop at/near the Directors Guild of America: 2, 302, 217 and 780. View map
Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 12:00

adele-blanc-sec-l-affiche-definitive1.jpg LES AVENTURES EXTRAORDINAIRES D'ADELE BLANC-SEC de Luc Besson, avec Louise Bourgoin, Gilles Lellouche, Jean-Paul Rouve, Mathieu Amalric, Jacky Nercessian, Nicolas Giraud, Philippe Nahon, Gérard Chaillou, Laure de Clermont-Tonnerre, Frédéric Bel, Grégory Ragot, Swann Arlaud, Christophe Dimitri Réveille, Jean-Michel Molé, Eric Naggar.  Paris,1912. Adèle Blanc-Sec, journaliste, rêve d'aventures extraordinaires. Elle se trouve confrontée à des momies peu conciliantes en Egypte, à un ptérodactyle de cent trente millions d'années, sorti de son oeuf sur une étagère du Jardin des Plantes... Adèle Blanc-Sec doit tout faire pour rétablir l'ordre dans la capitale.Tout ce que touche Luc Besson se transforme en or. Ce bijoux est encore fois la preuve de son inspiration. Et si Adèle Blanc-Sec, célèbre personnage de bande dessinée créé par Jacques Tardi, était une suffragette, au nez retroussé en pied de marmite, celle incarnée par Louise Bourgoin reste aventurière mais gagne en féminité mutine. Le mélange des genres (action, aventure, comédie) est mené de main de maître. Les intrigues, plus farfelues les unes que les autres, se succèdent à un rythme qui rend ce petit chef d’œuvre divertissant et juste assez décalé pour le teinter de beaucoup d'humour. Il faut dire que Luc Besson s’y connaît en construction de scénario. Il est même un des rares en France à en appliquer les règles avec autant de rigueur. Le casting est bien vu. Louise Bourgoin colle au personnage avec son caractère pétillant et sa timidité touchante. Luc Besson dit d’elle que c’est « une belle personne » et il le fait transparaître dans ce personnage, ce qui rend l’identification plus facile pour le spectateur. Jean-Paul Rouve, Mathieu Amalric sont drôles comme tout avec leurs grimages très BD. Gilles Lellouche l'est particulièrement lorsqu’il joue le policier idiot mais intègre. Et il y a une palette de seconds rôles qui n'ont rien à envier aux précedents. Alors, est-ce un retour à la mise en scène pour Luc Besson, comme le proclame toute la critique ? Lui, vous dira qu’ Adèle Blanc-Sec  lui en a redonné le goût. En fait, je vais vous confier un secret: lorsqu’il m’avait invité sur le plateau d’Arthur et la vengeance de Maltazard pour filmer les cascades sur fond bleu, il dirigeait ! Un grand réalisateur le reste même quand il délègue. Disons qu'avec cette comédie, Luc Besson franchit un grand pas de plus dans la libération de son inspiration et dans l'épure de son style. Cette Adèle Blanc-Sec, avec ses aventures très extraordinaires, est à voir absolument !

Luc Besson et Jacques Tardi au Salon du Livre et à RTL (Document Europacorp)

 

 

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 11:00

my-own-long-song19240866.jpg-r_120_x-f_jpg-q_x-20100201_010.jpgMY OWN LOVE SONG de Olivier Dahan avec Renée Zellweger, Forest Whitaker. Comédie dramatique (1h45). Jane, une ex-chanteuse devenue handicapée à la suite d'un accident, reçoit des nouvelles de son fils. Devon reprend contact avec sa mère car il souhaite l'inviter à sa communion.Vous voulez vous remonter le moral ? Allez voir ce joli road-movie au goût d'amande amère, accompagné à la guitare par Bob Dylan. Après la Môme, Olivier Dayan nous offre avec délicatesse ce périple touchant dans un décors de rêve, au sens premier du terme. Dans ce rôle d'handicapée, au mauvais caractère, Renée Zellweger est époustouflante. Elle nous emmène notamment, en compagnie du grand, très grand Forrest Whitaker au devant d'un chanteur de blues au look sauvage et à la voix éraillée à plaisir, joué par Nick Nolte.

Renée Zellweger chante Woody Guthrie:

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 10:00

Green-Zone19215561.jpg-r_120_x-f_jpg-q_x-20091222_114336.jpgGREEN ZONE de Paul Greengrass avec Matt Damon, Amy Ryan. Pendant l'occupation américaine de Bagdad en 2003, l'adjudant-chef Roy Miller et ses hommes ont pour mission de trouver des armes de destruction massive censées être stockées dans le désert iraquien... Tout le monde se souvient de ces soit-disant armes de destruction massive (ADM) en Irak. L'administration de Georges Bush (Copiée par celle de Tony Blair) avait inventé ce mensonge pour envoyer ses troupes en Irak et renverser Sadham Hussein. Matt Damon joue donc un soldat, normalement formaté par l'armée américaine, qui va se poser des questions sur cette nouvelle guerre. Et devenir un "marginal" qui va mener le jeu à sa façon pour révéler la machination. On reconnait bien là l'engagement politique de l'acteur. Le scénario est particulièrement bien ficelé et devient très vite un exercice de pédagogie vis à vis du grand public qui n'est pas censé avoir tout compris de cette formidable intox. Et l'on se met à penser alors à ceux qui ont refusé cette guerre, comme à ceux qui ont regretté qu'on ne l'ai pas suivie. Dieu que ça fait du bien la vérité, même quand elle arrive un peu tard !

L'interview en anglais de Paul Greengrass:

Vous trouverez l'interview officielle de Matt Damon sur:
Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 00:01

New-York-I-love-you19256680.jpg-r_120_x-f_jpg-q_x-20100226_.jpg

NEW YORK, I LOVE YOU de Mira Nair, Fatih Akin, Yavan Attal, Allen Hugues, Shekhar Kapur, Shunji Iwai, Weng Jiang, Joshua Marston, Brett Ratner, Randall Baismeyer, Nathalie Portman, avec Orlando Bloom, Andy Garcia, Christina Ricci, John Hurt, Eli Wallach, Hayden Christensen, Rachel Bilson, Ugur Yücel... En tout, 65 comédiens internationaux. (1h40). Douze réalisateurs se réunissent pour filmer chacun un segment de cinq minutes. Le point de départ : une rencontre amoureuse dans l'un des cinq quartiers de New York.

Une scène avec Ugur Yücel réalisée par le réalisateur turc Fatih Akin

Robin Wright Penn (Anna) and Chris Cooper (Alex) par Yvan Attal.

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 13:39

PINTER.jpgNicole Garcia, Irène Jacob, Marthe Keller, Danielle Lebrun et André Marcon liront VOUS PARTEZ DEJA ? Ma vie avec Harold Pinter, d'Antonia Fraser, les 14 et 15 avril au Théâtre de l'Atelier. Résevation: 01 46 06 49 24 ou www.theatre-atelier.com. Pendant trente-trois ans, la biographe de Marie-Antoinette a partagé la vie du grand dramaturge Harold Pinter, prix Nobel 2005. Antonia Fraser raconte leur grand amour et nous fait vivre aux côtés de leurs amis célèbres. Elle est chez elle partout, aussi bien dans les murs solennels du palais de Buckingham que devant le mur de Berlin avant qu'il ne tombe, aussi à l'aise dans la maison de Sam Spiegel à Saint-Tropez qu'à l'ambassade de France à Londres où elle rencontre un certain Dominique de Villepin, aussi à l'aise dans un dîner avec Steve Mac Queen à New-York qu'aux côtés de Samuel Becket qui joue du piano pour ses amis. Elle raconte comment son mari, écrivain engagé vivait, travaillait et militaitt. Son livre de 410 pages, traduit de l'anglais par Anne-Marie Hussein est paru aux Editions Baker Street. Egalement à l'affiche à l'Atelier: JE L'AIMAIS de Patrice Leconte avec Gérard Darmon, Irène Jacob et Noémie Kocher.

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article