Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Christian de Dadelsen

Chroniqueur cinéma au journal de TF1 pendant dix ans, Christian vous reste fidèle en continuant à vous livrer ses critiques de films. Depuis peu, ce blog s'est élargi à toutes les formes de culture.   

"Quel film faut-il  absolument voir cette semaine? Y en a t il un autre qui m'aurait échappé ?", voilà les questions que vous posez le plus souvent. Malheureusement, il y en a tellement qu'il nous faut faire des choix. Mes coups de coeur, les coulisses des Festivals,  mes tournages perso, vous les trouverez ici. Mes critiques sont indépendantes. Elles n'engagent plus la rédaction de TF1.

Le théâtre vivant, l'opéra, la musique, la mode, les arts en général étant de plus en plus liés au cinéma, je vous livre également mes coups de coeur dans ces domaines. En espérant que vous prendrez toujours autant plaisir à parcourir ces pages.                                                     

 
- Le site de la rédaction de TF1
- Le blog de Claire Chazal

Recherche

Coups de coeur

 

LOLA-MIX-vignette-copie-1.jpg

C’était le 22 janvier au restaurant

La Gioia,rue de Rivoli à Paris.

Lola Dewaere était

aux platines pour un mix d’enfer.

L’an dernier déjà, elle s’était

illustrée aux côtés d’Olivier

 Marchal et de Geoffrey Thiebaut.. 

The-a-tral-2-copie-1.jpg

Over-Blog


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 14:06
 UNE FIANCEE PAS COMME LES AUTRES
Ce fut l'une des révélations du Festival Américain de Deauville.
L'histoire d'un jeune homme solitaire et timide qui vit dans un garage, à côté de sa soeur et de son beau-frère. Ils se désespèrent de le voir seul et sauvage. jusqu'au jour où il leur annonce qu'il a rencontré l'âme soeur. Elle arrive par camion, dans une grande boîte. Il s'agit en fait d'une poupée gonflable. Elle est belle, à sa façon, a une expression presque humaine. Et là, on pourrait s'attendre à ce que le sujet devienne graveleux. Pas du tout. Le héros l'aime d'un amour platonique. Et tout le monde joue le jeu, comprend que c'est pour lui une manière de sortir de sa solitude, une question de survie. La psy joue le jeu, sentant qu'il y a là un terrain favorble pour une guérison. Et même la petite communauté paroissiale protestante adopte la nouvelle fiancée et lui trouve une utilité sociale. C'est une comédie très touchante et d'une délicatesse rare.

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 14:00
LOUISE.MICHEL de Gustave Kerven et Benoît Delépine avec Yolande Moreau et Bouli Lanners.
Une ouvrière se retrouve au chômage après que son patron a vidé son entreprise pour la délocaliser. Une satire cruelle de la crise vue par les petits, les victimes. Du cinéma assez drôle pour être engagé avev légèreté. Benôît Delépine et Gustave Kerven, citoyens Grolandaisdisnet tout ce qu'ils ont sur le coeur face aux délocalisations et aux ravages inhumains de la mondialisation en utilisant des personnages qui ne font pas que se plaindre mais qui agissent. Et leur humour, à la limite du mauvais goût est bien actuel.
Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 13:35
 AUSTRALIA de Baz Luhrmann.
Un mélo à grand spectacle de 2H35 dans un Far West australien d'opérette. Nicole Kidman y joue lady Sarah Ashley, une aristocrate anglaise froide et guindée qui débarque dans le nord de l'Australie à la fin des années 30 pour retrouver son mari, occupé à vendre un vaste domaine dénommé Faraway Pour sauver ce domaine en ruines, elle est contrainte de convoyer un troupeau de 1.500 têtes de bétail en compagnie d'un cow-boy rustre, nommé "le Drover", joué par Hugh Jackman. Attendrie par Nullah, un enfant aborigène, elle s'attache à l'Australie lorsque survient la Seconde guerre mondiale. Cette oeuvre-fleuve a été écrite, produite et réalisée par Luhrmann, qui avait déjà dirigé Nicole Kidman dans la comédie musicale "Moulin rouge". Produit par la Century Fox pour 83 millions de dollars, ce qui en fait le plus cher long métrage tourné en Australie, le  film sort dans 650 salles.

Ici, Baz Luhrmann délaisse la romance épique pour se lancer dans la fresque historique.

Les décors ont l'air un peu artificiel car ils ont été retouchés sur ordinateur et colorisés. Le réalisateur se réfère au classicisme des drames romantiques hollywoodiens comme '"Autant en emporte le vent" de Victor Fleming.  Nicole Kidman a sûrement pensé à Katherine Hepburn dans "African Queen" de John Huston, pour incarner cette femme de caractère plongée dans un milieu hostile.

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 20:41

LES ENFANTS DE TIMPELBACH de Nicolas Bary.
Un conte ! Avec des enfants insupportables. La ville est désertée par les adultes. Les enfants sont livrés à eux-même. Ils vont devoir découvrir les responsabilités et surtout faire l'apprentissage difficile de la démocratie. Gérard Depardieu y est pantagruélique et Carole Bouquet toujours aussi évanescente. C'est pas mal pour un week-end pluvieux !

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 16:01
LA CITE DE L'OMBRE de Gil Kenan.
Bill Murray, à lui seul, vaut déjà le déplacement. Il est si cocasse dans le rôle du maire opportuniste de cette cité du futur, Ember, où la planète a été si détériorée qu'on y vit sous terre. Le générateur central qui fournit l'électricité menace à son tour de péter les plombs, le maire s'en moque. C'est alors qu'une orpheline à l'entrée de l'adolescence, Lina, justement révoltée, s'en mêle. Avc son copain Doon, elle se met en tête de trouver le générateur pour sauver la population du noir. Mais soudain, une question les hantent. Et si on leur avait raconté n'importe quoi ? Si la planète n'était pas aussi inhabitable que ça ? Cela vaut bien d'aller vérifier par soi-même. On ne sait jamais. Le scénario et les dialogues de ce très beau film sont d'une qualité assez rare pour qu'on le note. Et c'est là que l'on voit que le spectateur marche d'autant plus que l'écriture est rigoureuse.

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 15:47
NIKO, LE PETIT RENNE de Michael Hegner et Karl Juusonen (Bac Films)
Les petits vont adorer ce renne finlandais à croquer qui part à la recherche de son père absent qu'il idéalise, bien sûr. Il découvrira d'ailleurs qu'il faudra bien un jour se passer de la présence constante de ses parents pour devenir grand, puis adulte. C'est tellement mognon que les parents se laisseront prendre au jeu et au charme de ce héros touchant et de ce merveilleux dessin animé qui ne prend pas la tête mais le coeur. Une sortie toute trouvée pour nos enfants.





Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 16:26

 

Le bossu Richard, duc de Gloucester, complote pour ravir la couronne royale de son frère Édouard IV.
Après avoir épousé de force lady Anne, la veuve de l’héritier de la maison de Lancastre, Richard persuade Édouard que leur frère Clarence est un traître et parvient à le faire enfermer à la Tour de Londres, puis exécuter. Le roi Édouard meurt de maladie peu de temps après. La voie ainsi libérée, Richard n’attend plus que son couronnement pour pouvoir régner en tyran… Troisième volet de la trilogie shakespearienne réalisée par Laurence Olivier (après Henri V et Hamlet ), Richard III est grandiose, imprégné de couleurs éclatantes et superbement soutenu par le format VistaVision. Ce chef-d’oeuvre historique contient toute la densité épique de la pièce de William Shakespeare. Fascinant. ( Chez CARLOTTA FILMS )

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 18:12
   On est gâtés cette semaine ! Avec Musée Haut, Musée Bas, on a un film inclassable. et pour cause. C'est l'adaptation par Jean-Michel Ribes d'une pièce de théâtre à succès. Une carricature très drôle des fausses valeurs qui tournent autour de la culture, la peinture d'un milieu parisien très snob. et pour tout dire assez superficiel pour nous imposer une culture standardisée et menée par quelques people qui n'y connaissent rien si ce n'est à l'exploitation de la sottise humaine. Josianne Balasko en mère possessive est irrésistible et exaspérante. André Dussolier en Ministre de la Culture qui se croit obligé d'avoir l' air dans le vent est brillant. Michel Blanc, parfait en conservateur de musée. Un bon divertissement qui malheureusement ne changera guère le conformisme ambiant.


Le deuxième volet de Mesrine raconte la chute du truand. L'assassinat ont dit certains. Le film montre en effet que les pouvoirs publics souhaitaient plus l'éliminer que l'arrêter dans sa course folle. Un vie déterminée comme dans toute tragédie que Vincent Cassel interprête presque trop bien. Il fait peur tout en restant toujours aussi attachant.

Two Lovers, polar sentimental de James Gray volontiers mélo. mais on aime ! Joaquin Phoenix c'est Tanguy à trente ans. Largué par sa copine, il a voulu se suicider mais l'amour lui retonbe dessus comme une catastrophe. Sa mère possessive le verrait bien épouser une jeune fille bien sous tous rapports. Mais le jeune homme n'a d'yeux que pour la mystérieuse et aimable Gwyneth Paltrow . Voisine de palier, prête à l'amitié, elle le rend fou amoureux. Seulement voilà, elle a une maladie bien courrante:  elle n'en finit plus de vivre une liaison passionnelle avec un homme marié. Curieux personnage que cet adolescent attardé qui ne cesse de fuir devant l'amour mais est tout retourné par un baiser.  C'est une comédie romantique réussie. En cela, ce film fait figure d'originalité.
Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 13:26
 L’Echange de Clint Eastwood avec Angelina Jolie et John Malkovich. Deux histoires en une, « un film d’horreur pour adultes » comme le définit son réalisateur. L’image d’une Amérique sombre… avant le crack de 1929. Il y a, d’une part l’histoire d’une mère, standardiste à L.A., Christine Collins qui a un fils unique de neuf ans, Walter. Un jour, il disparaît. Elle s’en remet à la police qui essaie mollement de trouver l’enfant, plus pour soigner sa réputation que par désir de justice. Une police corrompue et abusant des ses pouvoirs à l’extrême. Ces policiers finissent donc par ramener un enfant mais ce n’est pas Walter. La mère a beau le clamer sur tous les toits, ils la font passer pour folle. Et puis, il y a une seconde histoire, celle de la misère d’un enfant inconnu, devenu complice par force d’un tueur d’enfants. Beaucoup de choses en fait mais, comme toujours, Clint Eastwood en fait un film à la fois pessimiste et brillant. Très humain aussi quand il plonge dans le cœur de cette mère que l’espoir fou ne quitte jamais et qui trouve pour seul allié un pasteur presbytérien, joué par Malkovic, à la fois rebelle et plein de compassion.  
Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 19:07
MENSONGES D'ETAT de Ridley Scott avec Di Caprio et Russell Crowe.
Le bon vieux Ridley a du avoir accès à des documents déclassés par la CIA parce que sa vivion du terrorisme au Proche-Orient a quelques années de retard. Ne prenez donc pas ce film pour un docu-fiction mais comme un polar d'espionnage avec les traditionnelles trois scènes d'action. Un bon moment tout de même pour les amateurs du genre !

Repost 0
Published by Christian de Dadelsen
commenter cet article